Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 août 2017 2 22 /08 /août /2017 05:05

un poème qu'on aime-
quelques mots si l'on veut-
je publie vos liens-

 

vos participations
Tachka
http://tachka.apln-blog.fr/les-moutons-du-ciel/
Mamykool
http://mamykool.eklablog.com/un-poeme-et-son-auteur-a131132744











 

 

 

 

Dédié au sud-ouest

Emile Verhaeren

Sur la bruyère longue infiniment
voici le vent cornant novembre;
Sur la bruyère, infiniment,
Voici le vent
Qui se déchire et se démembre,
En souffles lourds, battant les bourgs ;
Voici le vent,
Le vent sauvage de Novembre.

Aux puits des fermes,
Les seaux de fer et les poulies
Grincent ;
Aux citernes des fermes.
Les seaux et les poulies
Grincent et crient
Toute la mort, dans leurs mélancolies.

Le vent rafle, le long de l’eau,
Les feuilles mortes des bouleaux,
Le vent sauvage de Novembre ;
Le vent mord, dans les branches,
Des nids d’oiseaux ;
Le vent râpe du fer
Et peigne, au loin, les avalanches,
Rageusement du vieil hiver,
Rageusement, le vent,
Le vent sauvage de Novembre.

Dans les étables lamentables,
Les lucarnes rapiécées
Ballottent leurs loques falotes
De vitres et de papier.
– Le vent sauvage de Novembre ! –
Sur sa butte de gazon bistre,
De bas en haut, à travers airs,
De haut en bas, à coups d’éclairs,
Le moulin noir fauche, sinistre,
Le moulin noir fauche le vent,
Le vent,
Le vent sauvage de Novembre.

Les vieux chaumes, à cropetons,
Autour de leurs clochers d’église.
Sont ébranlés sur leurs bâtons ;
Les vieux chaumes et leurs auvents
Claquent au vent,
Au vent sauvage de Novembre.
Les croix du cimetière étroit,
Les bras des morts que sont ces croix,
Tombent, comme un grand vol,
Rabattu noir, contre le sol.

Le vent sauvage de Novembre,
Le vent,
L’avez-vous rencontré le vent,
Au carrefour des trois cents routes,
Criant de froid, soufflant d’ahan,
L’avez-vous rencontré le vent,
Celui des peurs et des déroutes ;
L’avez-vous vu, cette nuit-là,
Quand il jeta la lune à bas,
Et que, n’en pouvant plus,
Tous les villages vermoulus
Criaient, comme des bêtes,
Sous la tempête ?

Sur la bruyère, infiniment,
Voici le vent hurlant,
Voici le vent cornant Novembre.

Emile Verhaeren

Repost 0
30 mai 2017 2 30 /05 /mai /2017 05:06

La rose

À Madame M….

Quand la rose s’entr’ouvre, heureuse d’être belle,
De son premier regard elle enchante autour d’elle
Et le bosquet natal et les airs et le jour.
Dès l’aube elle sourit. La brise avec amour
Sur le buisson la berce, et sa jeune aile errante
Se charge en là touchant d’une odeur enivrante ;
Confiante, la fleur livre à tous son trésor.
Pour la mieux respirer en passant on s’incline ;
Nous sommes déjà loin, mais la senteur divine
Se répand sur nos pas et nous parfume encor.

Louise Ackermann, Contes et poésies (1863)

Louise-Victorine Ackermann, née Louise-Victorine Choquet
à Paris le et morte le
(à 76 ans) aux environs de Nice. poétesse française.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Louise-Victorine_Ackermann

Repost 1
16 mai 2017 2 16 /05 /mai /2017 05:06

« Demain »

Âgé de cent mille ans, j’aurais encor la force
De t’attendre, ô demain pressenti par l’espoir.
Le temps, vieillard souffrant de multiples entorses,
Peut gémir : Le matin est neuf, neuf est le soir.

Mais depuis trop de mois nous vivons à la veille,
Nous veillons, nous gardons la lumière et le feu,
Nous parlons à voix basse et nous tendons l’oreille
À maint bruit vite éteint et perdu comme au jeu.

Or, du fond de la nuit, nous témoignons encore
De la splendeur du jour et de tous ses présents.
Si nous ne dormons pas c’est pour guetter l’aurore
Qui prouvera qu’enfin nous vivons au présent.

Robert Desnos, 1942

Repost 1
9 mai 2017 2 09 /05 /mai /2017 05:05

Le pot de fleurs

Poète : Théophile Gautier (1811-1872)

Recueil : La comédie de la mort (1838).

Parfois un enfant trouve une petite graine
Et tout d'abord, charmé de ses vives couleurs,
Pour la planter il prend un pot de porcelaine
Orné de dragons bleus et de bizarres fleurs.

Il s'en va. La racine en couleuvres s'allonge,
Sort de terre, fleurit et devient arbrisseau ;
Chaque jour, plus avant, son pied chevelu plonge,
Tant qu'il fasse éclater le ventre du vaisseau.

L'enfant revient ; surpris, il voit la plante grasse
Sur les débris du pot brandir ses verts poignards ;
Il la veut arracher, mais la tige est tenace ;
Il s'obstine, et ses doigts s'ensanglantent aux dards.

Ainsi germa l'amour dans mon âme surprise ;
Je croyais ne semer qu'une fleur de printemps :
C'est un grand aloès dont la racine brise
Le pot de porcelaine aux dessins éclatants.

Théophile Gautier.

 
Repost 1
25 avril 2017 2 25 /04 /avril /2017 05:05

vos participations
Mémé Yoyo
http://memeyoyo85.eklablog.com/mardi-poesie-pour-lady-marianne-a129986460
Les bafouilles de Figaro-
http://lesbafouillesdefigaro.over-blog.com/2017/04/mardi-poesie.html
Gazou
http://gazou.eklablog.com/poeme-des-navajos-que-mes-pas-me-portent-dans-la-beaute-a129984714
Mamykool
http://mamykool.eklablog.com/un-poeme-et-son-auteur-a129958230
Mamazerty
http://danslesmallesdemamazerty.blogspot.com/2017/04/maeterlinck-pour-la-poesie-du-mardi-de.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

un poème qu'on aime-
quelques mots si l'on veut-
je publie vos liens-

 

Marie-Noëlle Drouet, dite Minou Drouet, née à Hillion
le 24 juillet 1947, est une poétesse française qui, dans
les années 1950 ?? et 1960, suscita des polémiques au sujet
de l'authenticité de ses œuvres, certains affirmant qu'en
réalité celles-ci étaient écrites par sa mère adoptive.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Minou_Drouet

Arbre, mon ami,
mon pareil a moi,
si lourd de musique
sur les doigts du vent
qui te feuillettent
comme un conte de fées,
arbre
qui comme moi
connais la voix du silence
qui balance
le profond de tes mèches vertes
le frisson de te main vivantes
arbre
mon ami
mon tout seul
perdu comme moi
perdu dans le ciel
perdu dans la boue
laqué de lumière dansante
par la pluie
arbre
écho de la peine du vent
de la joie des oiseaux
arbre dévêtu par l’hiver
je te regarde pour la première fois.
Avant, mes yeux
mes oreilles
te savaient
croyaient te savoir
mais ils étaient seuls à te regarder
Minou Drouet

 

Repost 1
20 avril 2017 4 20 /04 /avril /2017 05:05

https://violetteruer.blogspot.fr/2017/01/vos-pensees-et-expressions-du-jeudi.html

 

 

 

 

 

 

 

 

trouver une expression, une citation,
ou une expression - vous pouvez mettre une image-

Mettre le logo et le lien dans votre article svp
et me prévenir par mail ou sous mon article de votre participation.

Je voudrais connaître la musique dont la queue
de mon chien bat la mesure.

Citations drôles
[ Yvan Audouard ]

Repost 0
18 avril 2017 2 18 /04 /avril /2017 05:01

un poème qu'on aime-
quelques mots si l'on veut-
je publie vos liens-

vos participations-
Mamykool
http://mamykool.eklablog.com/un-poeme-et-son-auteur-a129824178
Josse21
http://chezjosse.canalblog.com/archives/2017/04/18/35090988.html












 

Mains

Poète : Paul Verlaine (1844-1896)

Recueil : Parallèlement (1889).

Ce ne sont pas des mains d'altesse,
De beau prélat quelque peu saint,
Pourtant une délicatesse
Y laisse son galbe succinct.

Ce ne sont pas des mains d'artiste,
De poète proprement dit,
Mais quelque chose comme triste
En fait comme un groupe en petit ;

Car les mains ont leur caractère,
C'est tout un monde en mouvement
Où le pouce et l'auriculaire
Donnent les pôles de l'aimant.

Les météores de la tête
Comme les tempêtes du cœur,
Tout s'y répète et s'y reflète
Par un don logique et vainqueur.

Ce ne sont pas non plus les palmes
D'un rural ou d'un faubourien ;
Encor leurs grandes lignes calmes
Disent « Travail qui ne doit rien. »

Elles sont maigres, longues, grises,
Phalange large, ongle carré.
Tels en ont aux vitraux d'églises
Les saints sous le rinceau doré,

Ou tels quelques vieux militaires
Déshabitués des combats
Se rappellent leurs longues guerres
Qu'ils narrent entre haut et bas.

Ce soir elles ont, ces mains sèches,
Sous leurs rares poils hérissés,
Des airs spécialement rêches,
Comme en proie à d'âpres pensers.

Le noir souci qui les agace,
Leur quasi-songe aigre les font
Faire une sinistre grimace
À leur façon, mains qu'elles sont.

J'ai peur à les voir sur la table
Préméditer là, sous mes yeux,
Quelque chose de redoutable,
D'inflexible et de furieux.

La main droite est bien à ma droite,
L'autre à ma gauche, je suis seul.
Les linges dans la chambre étroite
Prennent des aspects de linceul,

Dehors le vent hurle sans trêve,
Le soir descend insidieux...
Ah ! si ce sont des mains de rêve,
Tant mieux, — ou tant pis, — ou tant mieux !

Paul Verlaine.

 
Repost 1
4 avril 2017 2 04 /04 /avril /2017 05:05

LITANIE DES ÉCOLIERS

Saint-Anatole,
Que légers soient les jours d'école !
Saint Amalfait,
Ah ! Que nos devoirs soient bien faits !

Sainte Cordule,
N'oubliez ni point ni virgule.
Saint Nicodème,
Donnez-nous la clef des problèmes

Sainte Tirelire,
Que Grammaire nous fasse rire !
Saint-Siméon,
Allongez les récréations !

Saint Espongien,
Effacez tous les mauvais points.
Sainte Clémence,
Que viennent vite les vacances !
Sainte Marie,
Faites qu'elles soient infinies !

Maurice CARÊME (1899 - 1978)

Repost 0
28 mars 2017 2 28 /03 /mars /2017 05:01

ce matin je suis vite fait en Espagne
à cet aprem ! merci-

un poème qu'on aime-

L'enfant lit l'almanach

 

L'enfant lit l'almanach près de son panier d'oeufs.
Et, en dehors des Saints et du temps qu'il fera,
elle peut contempler les beaux signes des cieux :
Chèvre, Taureau, Bélier, Poissons, et caetera.

Ainsi peut-elle croire, petite paysanne,
qu'au-dessus d'elle, dans les constellations,
il y a des marchés pareils avec des ânes,
des taureaux, des béliers, des chèvres, des poissons.

C'est le marché du ciel sans doute qu'elle lit.
Et, quand la page tourne au signe des Balances,
elle se dit qu'au ciel comme à l'épicerie
on pèse le café, le sel et les consciences.

 

Francis Jammes (1868-1938)
Clairières dans le Ciel

 

Francis Jammes (prononcer [jam] et non [djèms]),
né à Tournay (Hautes-Pyrénées) le 2 décembre 1868
et mort à Hasparren (aujourd’hui Pyrénées-Atlantiques)
le 1er novembre 1938, est un poète français, également
romancier, dramaturge et critique.
Il passa la majeure partie de son existence dans le Béarn
et le Pays basque, principales sources de son inspiration.

 

Repost 0
21 mars 2017 2 21 /03 /mars /2017 06:03

Premier sourire de printemps

Théophile Gautier

Tandis qu’à leurs œuvres perverses
Les hommes courent haletants,
Mars qui rit, malgré les averses,
Prépare en secret le printemps.

Pour les petites pâquerettes,
Sournoisement lorsque tout dort,
II repasse des collerettes
Et cisèle des boutons-d’or.

Dans le verger et dans la vigne,
II s’en va, furtif perruquier,
Avec une houppe de cygne,
Poudrer à frimas l’amandier.

La nature au lit se repose ;
Lui, descend au jardin désert
Et lace les boutons de rose
Dans leur corset de velours vert.

Tout en composant des solfèges
Qu’aux merles il siffle à mi-voix,
II sème aux prés les perce-neige
Et les violettes au bois.

Sur le cresson de la fontaine
Où le cerf boit, l’oreille au guet,
De sa main cachée il égrène
Les grelots d’argent du muguet.

Sous l’herbe, pour que tu la cueilles,
II met la fraise au teint vermeil,
Et te tresse un chapeau de feuilles
Pour te garantir du soleil.

Puis, lorsque sa besogne est faite,
Et que son règne va finir,
Au seuil d’avril tournant la tête,
II dit : « Printemps, tu peux venir ! »

Théophile Gautier (1811-1872)


Ecrivain français, qui s’illustra comme poète, auteur de
contes fantastiques et critique d’art et qui fut l’auteur d’un
célèbre roman de cape et d’épée, le Capitaine Fracasse.

Repost 0

Bienvenue Dans Mon Chateau

  • : MA CHIENNE DE VIE
  • MA CHIENNE DE VIE
  • : la vie n'est pas un fleuve tranquille
  • Contact

  • LADY MARIANNE
  • J'aurais aimé être un Robin des bois des temps modernes- depuis toute petite je hais les différences de toutes sortes d'où mon pseudo Lady Marianne- -on m'a cataloguée "mauvais caractère " non je ne suis pas un mouton c'est tout-

http://idata.over-blog.com/4/01/05/18/MAI-2011/MAI-JUIN-2011/JUIN-JUILLET-2011/JUIN-JUILL-2011/bienvenue_pour_blog.gif

 


je lis mais ne peux répondre à tous vos coms-
je privilégie mes visites sur vos blogs
(+80)
merci de votre compréhension

 COMMUNAUTES
https://www.over-blog.com/community/le-tableau-du-samedi-de-lady-marianne

 

 

Mes Aminautes - Liens

CHIENNE DE VIE

 


 
verseau du 03 fév 1956

Lunéville 54 - Lorraine

la vie n'est pas un fleuve tranquille---

polyarthrite rhumatoide inflammatoire
pendant 32 ans-

FIBROMYALGIE depuis 2016


la défense des animaux-
la planète en péril - les inégalités -
l'actualité m'interpellent-

l'humour- mes défits écritures-
mes collections (fèves-coquetiers)
je suis numismate mais avec les francs-

voilà mon petit royaume qui s'ouvre à vous
bonne visite !
                                           


 

 

 

MES ACTIONS

blog crée le 1er mai 2005

 
Un animal ne pleure pas... Il souffre en silence par 30-Millions-d-Amis 
 

ClicAnimaux.com - Cliquer pour Donner


fourrure-20affiche560.jpg 

6a00d83451850469e200e553ae06b28833-800wi

 

 

 

 

 

 

18-pompiers.jpg

hommage aux sapeurs pompiers
bénévoles et pros
une vocation plus qu'un métier

http://ekladata.com/iSTrK2FPkBQlPnb7m1Kfx_wRGyI@550x393.gif
 

http://ladymarianne11.boosterblog.com

COLLECTIONS

P1160167

+ 2500  Cartes postales
au 25 juillet  2015

1435 fèves au 31 janvier  2017

bougeoirs 140
au 25 juillet  2015

P1120352

coquetiers 160 au 12 juillet 2015


1889

400 Images pieuses au 19 juillet 2015

je suis numismate en Franc
GLORIA + PIECES 008

 

images-PANNEAU-LA-PALME.jpg

 

HTML Optimiseur

 


Flash Calendars, Christmas Calendars at WishAFriend.com